Profile pic

Le Coworking et le Betacowork vus par une Betacoworkeuse

Je m’appelle Katia et je suis traductrice (mais aussi bloggeuse, rêveuse, paresseuse, bourlingueuse, jouisseuse, bref, que des mots en –euse – qui a dit “emmerdeuse”??).

Je suis membre du Betacowork depuis quelques mois et à l’occasion de la Semaine internationale du coworking, j’ai décidé de faire une infidélité à mon blog (La Nomade sédentaire) pour écrire un billet sur le blog du meilleur centre de coworking de Bruxelles – que dis-je!? du monde! et vous raconter mon expérience de coworkeuse. Vous êtes prêt? C’est parti!

images

Voilà treize ans que je pratique la traduction à mon compte et un peu moins d’un an que je suis inscrite au Betacowork.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le coworking et qui ont envie d’en savoir un peu plus sur ce nouveau mode de travail en plein essor partout dans le monde, je vous invite à lire le billet que j’ai consacré à la question sur mon blog, intitulé “Le coworking, vous connaissez?“. Dans un autre billet, intitulé “Voulez-vous coworker avec moi?” (oui, je sais, je suis aussi un peu… aguicheuse dans le choix de mes titres – je vous avais prévenu, pour les mots en –euse!), je raconte une journée type au Betacowork. Vous verrez, on ne fait pas que travailler dans un centre de coworking…

414DROdWaLL._SY300_

Pourquoi avoir opté pour le coworking? Pour tout vous dire, je commençais à en avoir assez de travailler seule, chez moi. Je craignais de bientôt me transformer en ours mal léché à force de ne voir personne de la journée. C’est lorsque je me suis rendu compte que les seuls contacts humains que j’avais pendant mes heures de travail étaient avec la boulangère ou le libraire que je me suis dit qu’il y avait un problème – et pas seulement parce que je commençais à tomber dans la surconsommation de pain et de magazines.

Lorsque j’ai entendu parler du coworking, mes petites antennes se sont agitées (c’est une image, je précise; je ne viens pas d’une autre planète et je ne souffre pas d’une malformation congénitale) et mes doigts ont commencé à tapoter sur le clavier à la recherche d’informations. J’ai donc commencé à me renseigner sur le sujet, mais de loin uniquement. J’entendais aussi parler des business centres et ne saisissais pas bien la différence entre les deux concepts.

Puis, à force de lire sur la question, j’ai commencé à comprendre la nuance: le business centre, ce sont des bureaux, le plus souvent individuels, mis à la disposition du travailleur. Point. Il s’agit donc de louer un espace de travail et rien de plus.

Le coworking, en revanche, c’est bien plus qu’un espace de travail. Par sa configuration, déjà, puisque, comme c’est le cas au Betacowork, on travaille dans ce que l’on pourrait appeler des open spaces, de grandes salles (mais pas trop grandes non plus – juste la bonne taille) aménagées avec des bureaux et tout ce dont on a besoin pour travailler efficacement: des fauteuils confortables, une connexion Internet de qualité, des imprimantes, un système de climatisation (sans oublier de gentils coworkers!).

Ça, c’est pour l’essentiel. Mais au Beta (le petit nom que nous donnons à notre centre), le maître des lieux, Ramon, et son bras droit, la ravissante Stefania, vont plus loin pour veiller à notre confort, puisque dans les salles de travail, on trouve aussi des plantes vertes, des bonbons, des biscuits, et même des jeux (certains coworkers ayant manifestement refusé d’entrer dans l’âge dit adulte).

Mon bureau au Betacowork

Mon bureau au Betacowork

Le coworking, c’est aussi une cuisine partagée, où l’on vient préparer son repas le midi ou emprunter une assiette ou une tasse, préparer son café, réchauffer son plat de pâtes infâmes acheté au supermarché du coin, ou encore papoter. Quant à la cafétéria, elle fait aussi office de salle de réunion ou de salle de détente.

Au Beta, nous avons aussi de vraies salles de réunion pour les rencontres plus formelles, et même une salle de repos, avec des fauteuils, un canapé et même un hamac!

Voilà pour les aspects pratiques. Mais ce n’est pas là le plus important. Le coworking, et c’est là que le concept se distingue vraiment des business centres, c’est une émulation globale, le sentiment de faire partie d’une communauté. Une solidarité toute naturelle, aussi, entre coworkers. Et aussi, cerise sur le gâteau, l’occasion de trouver de nouveaux clients ou fournisseurs, compte tenu de la diversité des professions qui s’y côtoient (et à ce propos, si vous avez besoin d’une traductrice, de conseils sur la traduction en général ou de quelqu’un pour vous aider à rédiger vos documents ou votre site Web, je suis là!). Sans parler du caractère international du centre étant donné le nombre de nationalités différentes que l’on y trouve.

Enfin, le coworking, c’est une merveilleuse source de sérendipité. “Sérendi-quoi???”, vous dites-vous. Je vous invite à lire le billet que j’ai consacré à la question sur mon blog: “Vous avez dit sérendipité?“. Vous verrez que vous aussi, vous pratiquez déjà la sérendipité dans votre vie de tous les jours, sans le savoir. Et vous découvrirez en quoi le coworking peut vraiment élargir votre horizon.

Pour conclure, je dirais que le Betacowork répond parfaitement à mes attentes: j’ai trouvé un endroit où je peux me concentrer sur mon travail sans pour autant craindre de ressembler à un ermite et être obligée d’aller acheter une baguette dans le seul but d’apercevoir un visage sympathique. Mais le coworking m’a aussi apporté des choses que je n’attendais pas: le sentiment d’appartenir à une communauté, de belles rencontres, de nouveaux horizons professionnels, des découvertes (si je vous dis que c’est au coworking que m’est venue l’idée de créer mon blog, initialement consacré aux échanges de maisons, que je pratique depuis des années, et que j’ai finalement étendu à tout ce qui touche de près ou de loin à l’économie collaborative, dont le coworking fait partie).

Alors voilà. À tous ceux qui ont envie de se mettre au coworking, je leur dis: venez tenter l’expérience une journée – la journée d’essai est gratuite et, parole de coworkeuse, vous avez tout à y gagner (même des lunettes roses, si vous cherchez bien)!

Ramon, Stefania et toute l’équipe: cette Semaine internationale du coworking est votre semaine! Merci, donc, pour tout ce que vous faites pour nous – et pour les nouveaux jouets que vous allez bientôt nous apporter (non? Allez!).

About Katia Xenophontos

Ancienne nomade devenue sédentaire. Traductrice. Blogueuse. Echangeuse (de maison). Coworkeuse. Community manager, traductrice, représentante pour TrocMaison. Il m’arrive d’écrire pour les autres (si on me le demande gentiment). LinkedIn. Facebook. Twitter. La nomade sédentaire

, , , , , , , ,

Comments are closed.