Le coworking comme solution à la crise?

La RTBF vient de diffuser dans les ondes un billet à propos du Betacowork Coworking Bruxelles avec des interviews des membres Cedric Donckels et Pascal van den Driessche, et moi. Merci Charlotte!

Crise : le coworking, un concept à méditer pour les travailleurs ?

Les travailleurs ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Le budget essence pèse parfois bien lourd à la fin du mois. Le télétravail permet d’y remédier en partie. Seulement, travailler seul chez soi n’est pas toujours très motivant. D’où ce concept, qui va tenter de faire des émules : le coworking.

Le coworking, c’est avant tout un
espace, des bureaux que l’on peut louer à la journée pour y travailler. Chacun
peut s’inscrire, à la carte, payer sa place de bureau, éventuellement sa ligne
téléphonique, sa salle de réunion. Le tout dans une ambiance un peu à la
Google, avec salle de détente et décoration design.

La Région wallonne vient de débloquer
des budgets pour créer des espaces de ce type. 6 au total ont été pointés. En
Hainaut, trois villes ont été retenues pour les accueillir : Mons, Tournai et
La Louvière. Le premier se situerait en centre-ville montois ; le
deuxième, dans le quartier Saint-Piat ; quant au troisième, on parle de l’ancien
site ”Ubel”, à côté du hall des expositions louviérois. Parmi les autres
villes wallonnes retenues, citons encore Louvain-la-Neuve, Namur et Liège.

En attendant, nous nous sommes rendus dans
la capitale, chez Betagroup, pour voir comment on parvenait à s’organiser dans
cet espace de co-working établi dans cet ancien entrepôt où 120 personnes se
croisent, de jour comme de nuit. A écouter, ci-contre.

Charlotte Legrand

La RTBF vient de diffuser dans les ondes un billet à propos du Betacowork Coworking Bruxelles avec des interviews des membres Cedric Donckels et Pascal van den Driessche, et moi. Merci Charlotte!

Crise : le coworking, un concept à méditer pour les travailleurs ?

Les travailleurs ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Le budget essence pèse parfois bien lourd à la fin du mois. Le télétravail permet d’y remédier en partie. Seulement, travailler seul chez soi n’est pas toujours très motivant. D’où ce concept, qui va tenter de faire des émules : le coworking.

Le coworking, c’est avant tout un
espace, des bureaux que l’on peut louer à la journée pour y travailler. Chacun
peut s’inscrire, à la carte, payer sa place de bureau, éventuellement sa ligne
téléphonique, sa salle de réunion. Le tout dans une ambiance un peu à la
Google, avec salle de détente et décoration design.

La Région wallonne vient de débloquer
des budgets pour créer des espaces de ce type. 6 au total ont été pointés. En
Hainaut, trois villes ont été retenues pour les accueillir : Mons, Tournai et
La Louvière. Le premier se situerait en centre-ville montois ; le
deuxième, dans le quartier Saint-Piat ; quant au troisième, on parle de l’ancien
site ”Ubel”, à côté du hall des expositions louviérois. Parmi les autres
villes wallonnes retenues, citons encore Louvain-la-Neuve, Namur et Liège.

En attendant, nous nous sommes rendus dans
la capitale, chez Betagroup, pour voir comment on parvenait à s’organiser dans
cet espace de co-working établi dans cet ancien entrepôt où 120 personnes se
croisent, de jour comme de nuit. A écouter, ci-contre.

Charlotte Legrand

About Ramón Suárez

Tech startups, entrepreneurship, & coworking; @Betacowork founder; @startupsbe & @Betagroup board member; @hsbxl noob; blogger; chocolate ambassador; Brussels lover. Connect on Twitter: @ramonsuarez and Google+ Watch me talk about coworking & entrepreneurship on YouTube

, , , , , , ,

One Response to Le coworking comme solution à la crise?

  1. Phil Sarl February 8, 2012 at 2:23 pm #

    L’idée est dans l’air du temps.
    C’est vrai que quand on est free-lance, on peut vite de venir asocial à force de passer des heures chez soi et ne plus faire la différence entre le boulot et la maison.
    En france, ce concept est aussi naissant et est souvent baptisé ‘cantine’.
    Elle existe essentiellement dans les grandes villes.